Comment analyser les accidents ?

Un accident est la réalisation malencontreuse d’une situation de travail dangereuse. Bien que le but de la prévention soit d’éviter les accidents et presque accident, on peut apprendre de ces erreurs afin d’améliorer le système de management des risques en analysant les accidents. 

N°1- Il faut tout d’abord mener l’enquête !

L’enquête permet de mettre au jour les faits qui mène à l’accident. en se posant les questions suivantes:
– Qui est la victime, que faisait elle avant l’accident ?
Qui sont les témoins? Relever leur version des faits
– Quoi? Quelles sont les circonstances de l’accident ?
– Comment s’est arrivé?
Où ? Le lieux précis de l’accident,
– Quand ? : A quel moment s’est produit l’accident?  A quel moment  êtes vous  arrivé sur les lieux ? A quels moments sont arrivés les secours?

il faut avoir bien réaliser l’enquête et avoir un bon récit de faits. Le récit de faits c’est la synthese des éléments récoltés.
Un fait ne dois pas refléter un jugement, une interprétation ou un fait négatif

Exemple: “Il est passé à 18h30 au travail” est un fait. Mais “Il est passé au travail trop tôt” c’est un jugement. On estime déjà qu’il ne devait pas être là.
“Il portait des sandales” est un fait, Mais “il ne portait pas de chaussures de sécurité” est un fait négatif. Jusque là je pense qu’on est “ok”.

N°2 Analyser l’accident

Pour l’analyse on peut opter pour la méthode de  l’arbre des causes. Cette méthode nous permet de débusquer les causes de l’accident.
On part du fait ultime et on remonte le fil des causes en se demandant mais “qu’a t’il fallut pour que cela arrive ?” puis à chaque cause identifiée
on se demande si cette cause était suffisante.

le concept demande un peu d’entrainement et de plus, il est très intéressant d’être à plusieurs. (Un peu comme pour un brainstorming.)

L’arbre des causes est le plus souvent représenté en position horizontale et le remplissage s’effectue de la droite vers la gauche. le fait ultime étant le plus à droite.

Les faits qui ont une relation de causalité sont relié par des trait.

Essayons un petit exemple:

L’ouvrier est arriver à 10h00, il y avait une livraison de marchandise en cours et voulant emprunter l’escalier menant à l’étage inférieur il trébuche sur un carton posé dans la marche de l’escalier. Il tombe tête la première sur les marches suivantes.

A- Liste des faits:
B- L’ouvrier est arriver à 10h00
C- Livraison de marchandise en cours
D- Il descend l’escalier
E- Il y a un carton posé dans les marches
F- Il trébuche

Qu’a til fallut pour que F se réalise ?
il à fallut “E” est ce suffisant ? Non
Il à fallut “D” est ce nécessaire ? Oui  est ce suffisant ? Oui

EVALFORISQUE - Noir et blanc - M

 

 

 

 

 

 

Qu’a t’il fallut pour que “D” arrive ? il a fallut “B” est-ce suffisant?
Oui

Qu’a t’il fallut pour que E arrive ? il a fallut C etc…

Noir et blanc - Concevoir

 

 

 

 

 

 

L’exemple est vraiment très simple et on se rends vite compte de l’importance du récit de fait.

Ce qu’il faut retenir ici c’est la logique de la méthode.

N°3 Tirer des conclusions

Bien entendu le but de ces méthode est de cerner les causes et en déduire un plan d’action pour éviter que l’incident ou l’accident ne se reproduise.
Dans notre petit exemple nous retrouvons deux causes racines

B- L’ouvrier est arriver à 10h00
C- Livraison de marchandise en cours

Cela ne veut pas dire qu’il ne devrait pas avoir de livraison ou que l’ouvrier ne devais pas être là ! C’est un cas de co-activité, il faut la gérer en proposant  un plan de circulation, protocole de chargement déchargement etc …

 

 

Bois franc - Sol

Inscrivez vous à la News Letter

Inscrivez-vous à notre mailling list pour reçevoir toutes nos offres et actualités

Vous êtes inscrit

Share This